ezramo
come ho imparato a volare
corvo recordscore002
distribution : metamkine
lp
Alessandra Ezramo a collaboré et posé sa voix avec Fred Frith, Paul Hubwerber, David Fenech et beaucoup d'autres. Outre des compositions pour le théâtre ou la danse butoh, elle axe son travail sur la voix et le field recording. Ici, quelques enregistrements de larves de papillons se mêlent volontiers à des compositions minimales, au son très lo-fi comme issu d'un autre temps. On se croirait parfois à l'époque des pionniers de la musique électro-acoustique, en commençant par les futuristes bien sur. Il plane sur ce disque un parfum exotica, mélodramatique, cinématographique, surtout sur le piano qui me ramène facilement aux bricolages de Vitamin B12. Tout commence dans des ambiances rituelles et psychédéliques, que l'on retrouve chez Amolvacy ou Volcano the Bear. Elle sait nous plonger aussi dans un quasi documentaire radiophonique et géopolitique en enregistrant et retranscrivant une procession chantée par des femmes, dans la ville natale italienne de son père. Moment se révélant assez magique par sa prise de son brute de décoffrage. L'exercice de voix en canon ou en re-recordings, comme on veut en fait, juste que le titre s'appelle "Last Canone Before Flying" fonctionne tout autant. Et nous emmène tranquillement à cette procession, tout en délicatesse. Mini album soigné qui effleure le lyrisme, qui sait nous tenir en haleine par son charme déroutant, un disque plein d'histoires, d'anecdotes, de ritournelles enfantines, mais aussi parsemé de brouillages et bidouillages du plus bel effet. Très frais en somme. Et surtout très réussi.
cyrille lanoë